• Accueil
  • > Archives pour septembre 2009

SUD VOUS DIT TOUT ! SEPTEMBRE 2009

27092009

onseleve.jpg

En créant depuis le 01/01/09 l’UES Teleperformance la direction montre clairement son intention produire plus en payant moins.

Dénoncer tous les accords montre à tous le peu d’importance qu’il nous accorde.

En décidant du Plan Social Economique sur TP centre est, la direction montre le peu de considération pour ceux qu’ils appellent collaborateurs.

Sans la forte mobilisation des salariés des sites concernés et l’action syndicale l’affaire aurait été vite exécutée.

Ensemble  syndicats et salariés montrent que le grand royaume de Teleperformance est loin de pouvoir imposer sa politique économique boursière sans recevoir en retour le courroux des salariés révoltés!

Cette mobilisation va devoir gagner l’ensemble des sites. C’est un exemple que nous devrons suivre pour que nos salaires  augmentent et que nos avantages sociaux soient maintenus et améliorés.  

Sans la mobilisation de tous  Teleperformance  va organiser sa production sans aucune considération pour les 8000 salariés. La seule valeur  importante à leurs yeux est la valeur boursière respect, intégrité profession-nalisme, innovation engagement ne sont que des chimères.

IL N’Y A QUE LES COMBATS QUE L’ON NE MENE PAS QUI SONT PERDUS !!! 

 

SUD VOUS DIT TOUT ! SEPTEMBRE 2009 dans Le Journal pdf sudvousdittoutseptembre2009.pdf

 

 

 

 

 




Démission de Stéphane Thounens ex-PDG de Teleperformance Midi Aquitaine

25092009

Mr Stéphane Thounens a démissionné, deux jours après la décision de justice suspendant le  PSE de Teleperformance Centre EST auquel il avait la charge.

photogroupe.jpg

Figure historique du groupe Teleperformance, bien connu par les salariés ex-TPMA, Stéphane Thounens, diplômé d’une école de commerce toulousaine, avait créé il y a 15 ans Teleperformance Midi-Pyrénées, Teleperformance Sud-Ouest, Teleperformance Azur et Teleperformance Ouest devenus par fusion le groupe Teleperformance Midi Aquitaine dont il assurait le poste de PDG. Farouche négociateur lors de chacune des NAO auxquelles il participait à TPMA, il a pris part à son niveau au durcissement des conditions de travail et  l’affaiblissement de la rémunération des salariés de Teleperformance. Ces dernières victimes en date en tant que PDG de TPMA ont été les 180 salariés de La Redoute lachement transférés il y a deux  ans par le groupe Pinault. Il avait également initié la rémunération variable où l’augmentation selective des salaires se faisait sur la base de la productivité, l’ancienneté et.. les arrêts maladies !

Peu après la fusion au groupe Teleperformance France en janvier 2009, Mr Thounens a été chargé du plan de licenciement visant la suppression de 475 emplois. Mais la réaction des salariés a été sous-estimée. 3 mois de révolte et de combat et ce n’est pas fini !

L’organigramme du groupe va changer, nous restons attentifs, mais l’essentiel est que le message a bien été reçu : nous ne nous laisserons pas faire !

A ce jour, notre employeur, Teleperformance, refuse de communiquer sur les raisons de cette démission, refuse de communiquer officiellement sur son remplacement, refuse de faire venir des responsables et dirigeants pour s’expliquer sur ce plan social, et s’adresser directement aux salariés sur les sites impactés.

Selon nos sources, le téléphone de monsieur Thounens est aux abonnés absents…

 

Image de prévisualisation YouTube

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Le PSE de TELEPERFORMANCE CENTRE EST a été suspendu !

25092009

palatjustice3.jpg

 

Depuis l’annonce du délibéré du référé qui a eu lieu ce Mardi 22/09/09. Nous avons obtenu ce résultat favorable grâce à l’engagement de nos élus, aux soutiens et à la mobilisation des salariés et surtout, aux rapports d’experts (sur le volet économique et l’inspection du travail).

Il est a noté que l’expertise CHSCT est encore en cours, et cela a également plaidé en notre faveur.
Le CHSCT de Pantin est assigné devant le TGI de Bobigny le 25 septembre 2009 à 9h30 , nous serons présents et mobilisés pour soutenir nos collègues et membres du CHSCT.


La direction a trouvé bon d’attaquer le CHST pour demande abusive d’expertise. Or i en proposant une mobilité à plus de 340 Salariés, la direction avait l’obligation

· de Consulter les CHSCT de tous les sites concernés.

· de mandater  un cabinet indépendant pour mener cette expertise.

Cette absence démontre clairement que pour la direction, accueillir des salariés en «  Mobilité » et les conditions de travail sont le dernier de leurs soucis.
Jeudi 24 septembre, Jean Paul Huchon (président de la région Ile de France) viendra sur le Site de Montigny à 11h pour rencontrer les salariés et éventuellement la direction de Teleperformance. Sachant que sur les sites concernés les directions locales sont priées de ne rien décider et de ne faire que semblant de diriger.

Pour exemple, la démission du Directeur Opérationnel en charge de ce PSE.  M Thounens démissionne le 10 septembre 2009, deux jours après la décision de justice suspendant ce PSE.A ce jour, notre employeur, Teleperformance,  refuse de communiquer sur les raisons de cette démission, refuse de communiquer officiellement sur son remplacement, refuse de faire venir des responsables et dirigeants pour s’expliquer sur ce plan social, et s’adresser directement aux salariés sur les sites impactés.

D’autre part les salariés affectés par ce PSE, ont prévu plusieurs actions dans les jours qui viennent, afin d’interpeller les médias, l’opinion et les politiques…
Nous ne manquerons pas de vous tenir informer.
Nous restons bien sur mobilisés dans l’attente du jugement sur le fond de ce PSE, qui devrait intervenir le 1er Décembre 2009.

Merci de votre soutien, c’est avec la mobilisation de l’ensemble des salariés de l’Ues Teleperformance que nous gagnerons.




Retrouvez l’actualité de l’UES Teleperformance France sur le site de SUD Teleperformance 24/24

5092009

 

http://www.sudteleperformance.com/

 

sudtp.jpg




Mobilisation nationale des salariés de Teleperformance le 8 septembre 2009 !

5092009

CONTRE LES LICENCIEMENTS, POUR NOS ACQUIS SOCIAUX PLACE À LA JUSTICE, ET À LA MOBILISATION DES SALARIES !

intersyndical2.jpg
Dans une note d’information datée du 21 août dernier, le DRH de Teleperformance France, Mr Philippe Le Mauff, affirme que « Le processus de consultation CCE/CE sur le volet économique du projet est maintenant terminé, et l’entreprise va mettre en œuvre ce projet à compter du mois de septembre. »

Il s’agit tout simplement d’un discours mensonger : le CE de TP – Centre Est n’a pas émis d’avis, ni sur le projet économique (le 20 août), ni sur les mesures sociales (le 28 août) ! Tous les élus ont refusé de voter.

Il faut savoir que l’avis des CE et CCE n’est que « consultatif » : même si tous les élus votent « contre » un tel projet, cela n’empêche aucunement l’application du plan. Au contraire, dès que l’avis est donné – et quelle que soit sa teneur (« pour », « contre », « abstention ») – le projet peut démarrer. Les justifications économiques du démantèlement de nos activités sont largement insuffisantes.

C’est au mépris du Droit que la Direction essaye de passer en force, pour imposer la fermeture de 3 sites de production en Ile de France, des mobilités forcées pour près de 400 salariés et 157 suppressions de postes.

Au mépris des engagements pris par l’unanimité des syndicats représentatifs et des membres du CCE dès l’annonce du plan social, 2 syndicats (CFDT et CFE-CGC) ont décidé de se désolidariser de l’Intersyndicale et de donner un avis lors des séances du CCE du 18 et du 26 août, alors que la Direction avait caché aux représentants du personnel l’existence du constat de carence dressé par la Direction du Travail.

Pour se justifier, la CFE-CGC et la CFDT affirment même dans leurs deux derniers tracts « Ne pas s’exprimer, c’est laisser la Direction mener à bien ce qu’elle a entrepris » : une contre-vérité absolue : dans le droit du travail c’est exactement le contraire : donner un avis, c’est donner le « GO » aux dirigeants.

Qui pourrait croire que Teleperformance n’a d’autre choix que de démanteler ses activités en France pour sauvegarder sa compétitivité ?

Qui pourrait croire que les indemnités de départ définies par la Direction sont à la hauteur de la puissance financière du N°1 des centres d’Appels ?

Qui pourrait croire qu’obtenir 2000 euros pour monter une entreprise, c’est une avancée sociale ?

Qui pourrait croire que 2000 euros maximum pour financer une formation, c’est une avancée sociale ?

La justice est saisie pour annuler ce plan social

Face à cette provocation de la Direction, le Comité d’Etablissement de TP-CE attaque aujourd’hui l’entreprise en justice, pour obtenir le retrait du projet présenté. Cette action judiciaire est soutenue par les organisations syndicales CFTC, CGT, FO et SUD, représentant 75 % des salariés de l’UES suite aux élections nationales du 12 mai dernier. Nous avons choisis de rester unis. La Direction doit revoir sa copie !

En premier lieu, le 8 septembre 2009, se tient à 9h30 une audience en référé au Tribunal de Grande Instance de Paris. Un référé qui pourrait interdire à la Direction d’envoyer ses courriers de licenciements et de mobilité, et donc de mettre en œuvre le projet. Une seconde audience aura lieu « sur le fond » à partir du mois d’octobre : elle nous permettrait alors d’obtenir l’annulation du PSE.

Ce premier plan social est un coup d’essai pour Teleperformance !

Après Teleperformance Centre-Est, c’est l’ensemble des sociétés régionales qui risquent d’être attaquées.

Les demandes principales de l’avocate du CE de Teleperformance Centre-Est et des avocats de nos organisations syndicales sont :

- constater la nullité du plan de sauvegarde de l’emploi présenté par les Sociétés TELEPERFORMANCE FRANCE et TELEPERFORMANCE CENTRE EST

- enjoindre aux Sociétés TELEPERFORMANCE FRANCE et TELEPERFORMANCE CENTRE EST de procéder à une nouvelle consultation.

- faire interdiction aux Sociétés TELEPERFORMANCE FRANCE et TELEPERFORMANCE CENTRE EST de mettre en œuvre le projet de redéploiement jusqu’au terme de la nouvelle consultation et ce, sous astreinte de 60 000 euros par salarié et par infraction constatée ».

La fusion selon Teleperformance :

une machine de guerre contre tous les salariés

Le projet de restructuration à Centre Est est une conséquence directe de la fusion des sociétés du groupe en France finalisée le 1er Avril dernier. Autre conséquence pour les 8000 salariés de l’entreprise : la remise en cause de tous les acquis sociaux, tous les anciens accords d’entreprises prenant fin le 31 mars prochain (le 30 juin pour les salariés ex-TPH ST).

Les 4 et 5 juin dernier, la Direction a réuni les organisations syndicales pour la lecture de la synthèse de leurs propositions sur le temps de travail, la rémunération, la classification et fonctions associées. Un mois après : la Direction nous lit ses « propositions d’accord » dans lesquelles les délégations syndicales découvrent qu’aucune de leur revendication n’a été retenue.

Apparemment, quand on est leader dans son secteur, on peut se donner le droit de mépriser tous les salariés… en espérant surtout qu’ils ne s’attardent pas trop longtemps dans l’entreprise.

Après une interruption tout l’été (la Direction, trop occupée à faire le ménage dans ses effectifs, n’avait pas le temps de parler de notre avenir !) les négociations ne reprendraient pas avant le 7 septembre… soit 3 mois de retard sur le calendrier initial !

Mutuelle – Prévoyance, Conditions de Travail, Handicap … tous ces thèmes risquent de passer purement et simplement à la trappe, car l’accord organisant les négociations prend fin au 31 décembre.

Depuis le début, la direction refuse de mener de vraies négociations pour des raisons qui n’ont rien à voir avec le projet lui-même, mais par volonté de le ralentir.

Il ne reste que 7 mois pour traiter 7 thèmes, il faut absolument que ces négociations reprennent, et que la direction abandonne ses attitudes déloyales.

Pour nos acquis ! Pour nos emplois !

Nous appelons une mobilisation nationale des salariés de Teleperformance le mardi 8 septembre 2009 sur chacun des sites.

Nous proposons aux salariés d’Ile de France un rassemblement devant le Palais de Justice de Paris.

Les Assemblées Générales des sites de Pantin, Montigny-le-Bretonneux, Guyancourt et Paris, devront se déterminer – avant la fin de la semaine – sur l’opportunité de cette manifestation.







robertlutz |
DOMANIA |
justice&criminalité |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | humanbeinginnature
| Biologie totale ICBT secte ...
| C'est le destin de lol_aaaa...