• Accueil
  • > Archives pour octobre 2009

Communiqué Syndicat SUD de la société TELEPERFORMANCE GRAND SUD:

31102009

 

tpgs.jpg

TELEPERFORMANCE leader mondial des Centres d’appels continue de voir augmenter son chiffre d’affaires et ses bénéfices (52 millions d’euros au 1er semestre 2009). Dans le même temps, le Groupe TELEPERFORMANCE est capable d’ afficher une bonne gestion sociale en procédant :

- à des parodies de négociations, y compris salariales,

- au blocage des salaires depuis le 1er Janvier 2008,

- à un plan social en Région parisienne qui menace 20% des effectifs,

- à la dégradation permanente des conditions de travail journalières des salariés.

A travers la mobilisation du Jeudi 29 octobre 2009 sur les différents sites de TELEPERFORMANCE GRAND SUD (Bordeaux, Montpellier, Toulouse, Labege et Marseille), SUD et les autres organisations syndicales ont voulu aux cotés des salariés rappeler fortement et localement à la Direction de TELEPERFORMANCE:

MAINTENONS LA PRESSION POUR QUE CETTE ENTREPRISE ENTENDE LA COLERE DU PERSONNEL ET PROPOSE DE VRAIES MESURES :

CONSERVONS UN EMPLOI POUR TOUS

PLUS D’INCERTITUDE SUR L’AVENIR ET DE DESPOTISME DE LA DIRECTION (transferts de sites, d’activités, de hiérarchies,…)

RESPECT DE LA VIE PRIVEE DES SALARIES AVEC DES HORAIRES DECENTS

PAS D’ANNUALISATION DU TEMPS DE TRAVAIL (ce qui voudrait dire : plus d’heures supplémentaires, annualisation sur une base de 36h avec des semaines hautes à 43h et des semaines basses à 21h, 215 jours travaillés pour les Cadres et AM et 12 jours de RTT, changements de plannings par semaine,…)

DES SALAIRES LARGEMENT REEVALUES POUR TOUS LES METIERS

RECONNAISSANCE ET VALORISATION DES METI ERS

13EME MOIS DES 2009 ET NON ECHELONNE SUR 3 ANS

UNE VERITABLE POLITIQUE DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX

Nous avons tous remarqué une mobilisation importante des salariés sur les sites de TELEPERFORMANCE GRAND SUD, elle a été forte dépassant les 60% de salariés en grève. Aussi, par la poursuite de leurs actions, les salariés maintiendront dans les semaines qui viennent la pression sur la Direction de TELEPERFORMANCE pour la satisfaction de leurs revendications les plus légitimes.

A travers les valeurs Teleperformance respect, engagement , innovation, intégrité,

professionnalisme,

nous souhaitons et revendiquons:

du respect dans notre travail

de l’engagement dans la hausse de nos salaires qui n’ont pas évolué depuis 2007.

de l’intégrité dans la gestion des rythmes de vie des salariés.

du professionnalisme en quelque sorte ……..




La grogne à haut débit de salariés de Téléperformance

30102009

200910301074zoom.jpg

Social. Hier, des employés en grève manifestaient contre les conditions de travail et la non-augmentation des salaires.

«Allez TP, allez TP, on veut la part du gâteau ». Hier matin, sur les marches de l’entrée de Téléperformance à Labège, ce refrain était repris à tue-tête par les salariés en grève en colère contre une direction qui, selon eux, « nivèle les accords de travail vers le bas depuis la fusion des entreprises qui a engendré la Holding Téléperformance France dont fait partie notre filliale Téléperformance Grand Sud. Une fusion qui a entraîné des conditions de travail qui se sont de plus en plus dégradées. Toutes les restructurations sont menées brutalement. Il règne ici un climat pesant. » Des propos relayés par Amina Alaoui, déléguée de la Fapt CGT, un syndicat présent avec Sud, la CFTC, la CFDT et FO com. Une salariée qui pointait avec virulence d’autres abcès : « Il y a 800 employés ici à Labège. Là, nous sommes plus de 60 en grève (NDLR : à 10 heures du matin), les salariés grévistes vont arriver au fur et à mesure de la journée. Des salariés qui sont baladés sans cesse sur des missions, et pour ceux qui ne sont pas contents, ils sont vite rapidement invités à quitter l’entreprise. Les entretiens préalables à licenciement se multiplient de manière insupportable. L’entreprise se sent intouchable et l’inspection du travail a dû intervenir pour y mettre un bémol. Face à un tel comportement obtu, les élus du personnel CGT étudient la possibilité de traduire Téléperformance en justice. »

« 1 000 euros net mensuel, c’est indécent »

Amina Alaoui ne baisse pas le volume de sa colère : « Les salariés ont le sentiment de ne pas être respectés. Et que dire des salaires. L’entreprise n’a rien lâché depuis longtemps. L’éorme majorité d’entre nous ne dépasse pas un salaire net de 1 000 euros. On ne vit pas avec 1 000 euros. C’est indécent, scandaleux même au regard des résultats du groupe. »

Dans ce cahier des doléances, Mme El Cherqui, déléguée CGT, et représentante du CHSCT de l’entreprise, fait aussi couler de l’encre : « Il n’y a aucun respect du code du travail ici. La direction fait sa propre interprétation du code et l’utilise à son profit. Il ne faut pas attendre qu’il arrive des drames comme à France Telecom. Il n’y a plus de communication entre la CHSCT et la direction. Et s’il arrive un malheur, que se passera-t-il au pénal ? La direction dira qu’elle ne savait pas car la CHSCT ne l’a pas prévenue d’un malaise. On se sent manipulé. »

Hier soir, la direction réagissait à cette vague de colère en signifiant que «c’était d’abord priorité au dialogue interne.» Mais aussi que les requêtes de certains employés «étaient déjà arrivées précédemment à la direction» et ajoutait que «dans le plan de sauvegarde, des mesures d’accompagnement existaient.

(Source : La dépêche)

Greve 29 octobre 2009 TPGS
Album : Greve 29 octobre 2009 TPGS
Quelques photos de la mobilisation sur TP grand Sud sur le site de Toulouse labege Avec une mobilisation de 60 a 70%
20 images
Voir l'album




Sud Radio parle de la mobilisation des salariés de Teleperformance

29102009

Thibaud Mainier, représentant syndical SUD au CE de Teleperformance Grand SUD s’exprimait ce matin au micro de Sud Radio :

losgo.jpg

« le mouvement d’aujourd’hui est pour soutenir les salariés de Teleperfomance Centre Est menacés par un PSE mais également pour rappeler à la direction que depuis bientôt 2 ans nous n’avons plus d’augmentation de salaire sans compter la dégradation des conditions de travail. Pour des salariés qui gagnent 1000 euros par mois une journée de grève représente un sacrifice mais nous voulons montrer à la direction que nous n’allons pas nous laisser faire. »

(Source SUD Radio)

 

Sud Radio parle de la mobilisation des salariés de Teleperformance dans News mp3 sudradiogrevetelepeformance29octobre2009thibaudmainierrscesud.mp3

 

 

 




Mobilisation à Teleperformance Grand Sud le 29 octobre 2009 !

20102009

intersyntpgs.jpg

TOUTES ET TOUS EN GREVE !

LE JEUDI 29 OCTOBRE 2009

MOBILISATION TOUTE LA JOURNEE AU PIED DES SITES

 

 

FACE AU GROUPE TELEPERFORMANCE

Après le succès de la grève du 29 Juillet 2009
Après le Jugement du TGI de PARIS du 22 Septembre 2009 qui suspend la mise en oeuvre du PSE sur Pantin, Montigny et Lyon
Après les premières Réunions de pseudo-négociations des Accords de substitution
Après aucune augmentation de salaire depuis le 1er JANVIER 2008

ASSEZ D’EFFETS D’ANNONCES
DES ACTES

Les Réunions des 5 chantiers de Négociations Nationales continuent depuis le 12 Mai 2009.
Le moins que l’on puisse dire c’est que l’instant la Direction de TELEPERFORMANCE reste sur ses positions du moins disant. Toutes les propositions des OS, même les plus minimes sont rejetées par la Direction.
Face à une équipe dirigeante murée dans ses positions méprisantes envers les salariés :

RESISTANCE !


MAINTENONS LA PRESSION POUR QUE CETTE ENTREPRISE ENTENDE LA COLERE
DU PERSONNEL ET PROPOSE DE VRAIES MESURES :

CONSERVONS UN EMPLOI POUR TOUS
PLUS D’INCERTITUDE SUR L’AVENIR ET DE DESPOTISME DE LA DIRECTION (transferts de sites, d’activités, de hiérarchies,…)
RESPECT DE LA VIE PRIVEE DES SALARIES AVEC DES HORAIRES DECENTS
PAS D’ANNUALISATION DU TEMPS DE TRAVAIL (ce qui voudrait dire : plus d’heures supplémentaires, annualisation sur une base de 36h avec des semaines hautes à 43h et des semaines basses à 21h, 215 jours travaillés pour les Cadres et AM et 12 jours de RTT, changements de plannings par semaine,…)
DES SALAIRES LARGEMENT REEVALUES POUR TOUS LES METIERS
RECONNAISSANCE ET VALORISATION DES METIERS A TP
13EME MOIS DES 2009 ET NON ECHELONNE SUR 3 ANS
UNE VERITABLE POLITIQUE DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX

 

 

 

onseleve.jpg

 

TOUTES ET TOUS EN GREVE !

LE JEUDI 29 OCTOBRE 2009

MOBILISATION TOUTE LA JOURNEE AU PIED DES SITES





Question à l’avocat : rémunération des heures supplémentaires

14102009

justicegif003.gifJe réalise tous les jours des heures supplémentaires mais mon employeur refuse de me les rémunérer. Comment prouver que je fais ces heures et exiger leur paiement ?

cucchiariane.jpg

 

La réponse de Maître Ariane CUCCHI
Avocate au Barreau d’Ajaccio

 

Selon l’article L.3171-4 du Code du travail, la preuve des heures supplémentaires en justice est partagée entre le salarié et l’employeur : en théorie, le salarié doit apporter au juge des éléments démontrant la vraisemblance des heures supplémentaires qu’il invoque et l’employeur doit alors apporter la preuve contraire. Mais la pratique est tout autre…

Les juges exigent souvent plus du salarié et demandent que chaque heure invoquée soit démontrée. S’il n’y a pas de pointeuse dans l’entreprise et si l’employeur ne signe pas régulièrement le planning des heures réellement effectuées, il faut demander des attestations d’autres salariés qui doivent être très précises : elles doivent mentionner le nombre exact des heures revendiquées, les horaires quotidiens ou hebdomadaires, mais aussi indiquer que le témoin est présent aux côtés du salarié concerné lors de chacune de ces heures de travail. Il est également recommandé, avant d’en arriver à la rupture du contrat de travail, d’écrire en RAR à l’employeur pour réclamer le paiement de ses heures en donnant un maximum de détails. Si l’employeur ne conteste pas, son silence pourra être utilisé en justice.

Enfin, l’inspecteur du travail a compétence pour se déplacer dans une entreprise pour constater toute infraction à la législation en matière d’heures supplémentaires impayées (car il s’agit d’un délit de travail dissimulé) mais, faute de moyens, cette administration ne peut répondre à chaque demande.

(Source juritravail)

 

 




Rupture conventionnelle : A qui cela profite ?

13102009

contrat.jpg

Dans bon nombre d’entreprise les ruptures conventionnelles se multiplient (67000 cas entre Aout 2008 et Mars 2009). Pourtant, la crise qui jette des milliers de travailleurs dans les bras de Pôle Emploi aurait dû freiner ou empêcher cette multiplication. Alors que penser?

Déjà pour démontrer l’illogisme de la situation, sur 70000 chômeurs sup­plémentaires en Mars dernier, 13 326 ruptures conventionnelles ont été enregistrées. Alors comment ne pas penser que ce mode de “rupture du contrat” ne se substitue pas à des licenciements. Dans bon nombre de cas, le choix n’est pas fait de manière libre mais résulte soit d’un chantage (Vous avez un choix “libre” entre le licenciement et la rupture), soit d’un pourrissement de votre situation dans l’entreprise (placard, pression…).

Le gouvernement est dans une logique libérale qui consiste à combattre le chômage grâce à la flexibilité. Pourtant même l’OCDE a reconnu qu’il n’y avait pas de corrélation entre flexibilité contractuelle et chômage. Mais bon c’est tellement plus simple de permettre aux patrons de jeter les salariés comme des kleenex. Le pseudo-manque de flexibilité du marché du travail français est une mystification. La réalité, ce sont près de 70 % des embauches en CDD ou en intérim ; près de 1,2 million de salariés, pour 80 % des femmes, à temps partiel contraint ; c’est l’annualisation du temps de travail dans de nombreuses entreprises ; 800 à 900 000 salariés en CDI licenciés chaque année, les trois quart ayant comme motif : « personnel ».

Bien entendu, dans certain cas, la rupture est sollicitée sans contrainte par des salariés ayant un autre plan de carrière. L’indemnité et le fait de pouvoir toucher les Assedic peuvent bien entendu être intéressants pour quelques salariés. Mais bon, dans la plupart des cas, les négociations se limitent à des indemnités d’un licenciement type. En attendant combien de cas pour tant de plan sociaux déguisés?

Pour information nous vous proposons une comparaison des 3 modes de départs d’une entreprise (hors retraite).

Procédure : Tout d’abord, il doit y avoir libre consentement de la part du salarié, c’est-à-dire que vous devez être d’accord pour partir de l’entreprise. Si ce n’est pas le cas, vous avez 1 an pour aller au Prud’hommes. Mais attention, il sera très difficile de prouver qu’il y a vice de procédure. Donc, pour éviter tout souci, faites-vous accompagner par un syndicat. Les 2 parties doivent consentir aux principes et aux modalités lors de plusieurs entretiens.

La négociation doit être formalisée par une convention qui précise les condi­tions de la rupture (montant de l’indem­nité spécifique, date de la rupture qui ne peut pas être antérieure au lendemain de l’homologation…). Après la signature, vous avez un délai de rétractation de 15 jours calendaires (à faire par recomman­dé avec AR). S’il n’y a pas de contestation, il faudra faire homologuer la rupture par la DDTEFP (direction du travail….).Elle dispose de 15 jours ouvrables pour vérifier le respect de la loi. A noter que l’indemnité est exonérée de tout prélèvement fiscal ou social.

 

  Rupture conventionnelle Démission Licenciement
Initiative de la rupture Salarié ou employeur Salarié Employeur
Motif de rupture à justifier Non Non Oui pour motif personnel ouéconomique
Préavis Obligatoire Non. Mais un délai de 15 jours deréflexion et de 15 jours d’homologation Préavis de 1 mois pour les employés. 2 mois pour les Techniciens et Agent de Maîtrise. 3 mois pour les cadres. Préavis de 1 mois pour les employés (2 mois si plus 2 ans d’ancienneté (sans faute grave ou lourde) 2 mois pour les Techniciens et Agent de Maîtrise. 3 mois pour les cadres.
Indemnités de rupture Oui.
Librement négociables mais au minimum égales à l’indemnité légale de licenciement.
Non De 0 à 5 ans : 1/10 de mois par année d’ancienneté à partir de la 1ère année. De 6 à 10 ans: 1/7 de mois.De 11 à 20 ans: 1/5 de mois.De 21 à 30 ans: 1/4 de mois.+ de 30 ans : 1/3 de mois. (si vous êtes passez il y a moins d’ 1 an en temps partiel le calcul ce fait sur la base du salaire à temps plein).
Droit à l’indemnisation
chômage
Oui, en principe jusqu’à 65 ans, sous condition notamment de ne pas pouvoir prétendre à une retraite à taux plein. Non (sauf exception:
démision légitime ou réexamen du dossier après 4 mois)
Oui
 

 




Teleperformance : mobilisation le 5 octobre

5102009

lutte.jpg

Aujourd’hui, lundi 5 octobre, Teleperformance France lance une nouvelle provocation contre les salariés.

Alors que les syndicats – inquiets des menaces qui pèsent sur les acquis sociaux – sollicitaient une rencontre avec le PDG sur la question des accords de substitution, la direction a modifié l’objet de la réunion pour chercher une solution « à l’amiable » sur leur PSE 2009 : ce plan de suppressions d’emplois et de mobilités forcées qui menace plus de 500 emplois.

Pourtant Teleperformance a perdu : par le référé du 22 septembre, la justice a ordonné la suspension du Plan Social.
Teleperformance est aujourd’hui dans l’impasse. Les dirigeants n’ont pas réussi à se débarrasser des conseillers Orange d’Ile de France avant la renégociation du contrat avec France Telecom, et le contrat TPH est déjà perdu.

En lien ci dessous le tract

PDF - 42.1 ko

Mobilisation le 5 octobre

 

 







robertlutz |
DOMANIA |
justice&criminalité |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | humanbeinginnature
| Biologie totale ICBT secte ...
| C'est le destin de lol_aaaa...